top of page

35 € / 410 pages

15,5 x 24 cm

978-2-48746-802-3

Michel-Yves Perrin

Civitas Confusionis

En 1776, dans le premier tome de son Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Edward Gibbon identifiait dans une homélie de Grégoire de Nysse, donnée à Constantinople en 383, un témoignage exemplaire de la passion des masses chrétiennes pour les disputes théologiques à la fin de l’antiquité, une passion que l’historien anglais jugeait, avec causticité et scepticisme, futile et dangereuse. Il citait le prédicateur : « Des hommes nés d’hier et d’avant-hier, des gens dédiés à de viles activités, des théologiens improvisés qui dogmatisent, peut-être des esclaves qui ont subi le fouet et qui ont fui le travail servile, se piquent de philosopher sur des choses incompréhensibles. Vous n’ignorez nullement de qui je veux parler. Partout, la ville est remplie de telles gens, les rues, les places, les avenues, les quartiers, les tailleurs, les changeurs, les épiciers. Demandez qu’on vous change de la monnaie, on vous entretiendra de l’engendré et de l’inengendré. Enquérez-vous du prix du pain, on vous répondra que le Père est le plus grand, et que le Fils est inférieur. Informez-vous si le bain est prêt, on vous montrera que le Fils a été créé de rien ».

Cet ouvrage entend, tout en abandonnant résolument le terrain de la polémique idéologique ou confessionnelle, recapturer l’intuition historiographique de Gibbon pour explorer, avec toutes les ressources des sciences historiques d’aujourd’hui, les ressorts de cette capacité reconnue et revendiquée de mobilisation de tant d’énergies intellectuelles (autant que physiques) pour la défense de convictions dogmatiques. Il s’agit de réexaminer les controverses doctrinales entre chrétiens dans l’antiquité tardive comme un phénomène de masse, et non pas seulement, à l’instar de maintes histoires des dogmes, comme un affrontement de lettrés. Jamais sans doute dans le monde antique, en tout cas à une aussi large échelle, des débats que les contemporains pouvaient considérer comme relevant souvent de la sphère philosophique, quelle que soit l’appréciation portée sur leur niveau ou leur qualité, n’ont été autant popularisés. À ce titre les controverses doctrinales entre chrétiens tiennent une place d’importance dans ce que le grand historien italien Santo Mazzarino (1916-1987) a proposé de dénommer « la démocratisation de la culture » dans l’antiquité tardive.

À propos de l'auteur

Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, ancien membre de l’Ecole française de Rome, Michel-Yves Perrin est directeur d’études à la Section des Sciences Religieuses de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Sorbonne, Paris) et membre du Laboratoire d’études sur les Monothéismes (UMR 8584/Labex Hastec). Il est spécialiste de l’histoire et de l’historiographie du christianisme antique.

bottom of page